Didier Viodé

Didier Viodé

Native of Benin, been born in Ivory Coast. Lives and works on Besançon.
Didier Viodé is a painter, a plastics technician, a graphic designer, a caricaturist and a comic strip writer, trained(formed) in Ivory Coast and to the School of Fine Arts of Besançon.
In his wash drawings of India ink, Didier Viodé speaks above all about the Human being. To do it, the artist wonders about the place(square) of this one as long in his(her) immediate environment that in his(her,its) political, social and cultural environment. The complexity of the North / South reports(relationships), among others, feeds its work.
In spite of the often difficult subjects which he(it) approaches, Didier Viodé does not try to illustrate the distress, but on the contrary the human kindness and the great(tremendous) capacity of hope which livens up(leads) the most distraught beings.  » I am afraid of the current world, but I want to remain optimistic « , he says. The crowds which he(it) represents are not static in front of events, they do not undergo them, they move forward, united and determined.
It is the same movement which livens up(leads) his(her) Walkers. Realized in life-size, the silhouettes of acrylic arose from the debate on the immigration. Through them, Didier Viodé reminds us that behind the illegal worker hides the human being, the absence of recognizable face allowing the spectator to fall in these bodies on road towards one somewhere else.

We find the same implication in the problems of the company(society) in its work the most recent title Sadness, by which he(it) approaches the question of the refugees, the peoples moved by the fights, the destroyed cities.  » Immigrants or not, we walk(work) every towards a purpose in life!  »
Cédric Destailleur

www.didierviode.fr

Didier Viodé

Originaire du Bénin, né en Côte d’Ivoire. Vit et travaille à Besançon.
Didier Viodé est peintre, plasticien, graphiste, caricaturiste et dessinateur de BD, formé en Côte d’Ivoire et à l’école des Beaux-Arts de Besançon.
Dans ses dessins au lavis d’encre de Chine, Didier Viodé parle avant tout de l’Humain. Pour ce faire, l’artiste s’interroge sur la place de celui-ci tant dans son environnement immédiat que dans son environnement politique, social et culturel. La complexité des rapports Nord/Sud, entre autre, nourrit son œuvre.
Malgré les sujets souvent difficiles qu’il aborde, Didier Viodé ne cherche pas à illustrer la détresse, mais au contraire la bonté humaine et la formidable capacité d’espérance qui anime les êtres les plus désemparés. « J’ai peur du monde actuel, mais je veux rester optimiste », dit-il. Les foules qu’il représente ne sont pas statiques face aux événements, elles ne les subissent pas, elles avancent, solidaires et déterminées.
C’est ce même mouvement qui anime ses Marcheurs. Réalisées en grandeur nature, les silhouettes d’acrylique sont nées du débat sur l’immigration. À travers elles, Didier Viodé nous rappelle que derrière le clandestin se cache l’humain, l’absence de visage identifiable permettant au spectateur de se projeter dans ces corps en marche vers un ailleurs.
Nous retrouvons la même implication dans les problèmes de la société dans son travail le plus récent intitulé Désolation, par lequel il aborde la question des réfugiés, des peuples déplacés par les combats, des villes détruites. « Clandestins ou non, nous marchons tous vers un but dans la vie !”

Cédric Destailleur

Gallery of artists